Dans la continuité de la publication de notre série d’articles consacrés aux sites culturels iraniens, voyageons ensemble au coeur du désert iranien. Yazd est la capitale de la province de Yazd, en Iran. La ville est située à 270 km au sud-est d’Ispahan. Au recensement de 2011, la population était de 529 673 habitants, et elle est actuellement la 15ème plus grande ville d’Iran. Depuis 2017, la ville historique de Yazd est reconnue comme un site du patrimoine mondial par l’UNESCO.

Yazd Iran Lettres Persanes
Yazd, Iran. ©Maguelone Urvoy / Lettres Persanes

Du fait de nombreuses années d’adaptation à son environnement désertique, Yazd possède une architecture persane unique. Elle est surnommée la “ville des attrape-vent” (شهر بادگیرها Shahr-e Badgirha). Elle est également très connue pour ses temples de feu zoroastriens, ses ab anbars (citernes), ses qanats (canaux souterrains), ses yakhchals (glacières), son artisanat persan, ses tissus tissés à la main (termeh persan), son tissage de soie et ses confiseries traditionnelles.

Yazd Iran Lettres Persanes
Yazd, Iran. ©Maguelone Urvoy / Lettres Persanes

Yazd est également connue comme la ville des vélos, en raison de son ancienne histoire de cyclistes et du plus grand nombre de vélos par habitant en Iran. On rapporte que la culture de la bicyclette est entrée et s’est développée à partir de Yazd, au contact des visiteurs et des touristes européens.

Yazd Iran Lettres Persanes
Yazd, Iran. ©Maguelone Urvoy / Lettres Persanes

Le nom est dérivé de Yazdegerd I, un souverain sassanide de la Perse. La ville était un centre zoroastrien à l’époque sassanide et le mot yazd signifie Dieu. Après la conquête arabe de l’Iran, de nombreux Zoroastriens des provinces voisines ont migré vers Yazd. En payant une taxe, Yazd a été autorisé à rester zoroastrien même après sa conquête, et l’Islam n’est devenu que progressivement la religion dominante dans la ville.

L’héritage de Yazd en tant que centre du zoroastrisme est donc très important. Il y a une Tour du silence à la périphérie, et la ville possède un ateshkadeh qui tient un feu qui a été maintenu allumé en permanence depuis 470 après JC. Les zoroastriens constituent une minorité importante de la population, environ 20 000 à 40 000 personnes, soit 5 à 10 %.

Sous le règne des Safavides (XVIe siècle), certaines personnes ont émigré de Yazd et se sont installées dans une région qui se trouve aujourd’hui à la frontière entre l’Iran et l’Afghanistan. La colonie, qui s’appelait Yazdi, était située dans ce qui est aujourd’hui la ville de Farah, dans la province du même nom en Afghanistan. Aujourd’hui encore, les habitants de cette région parlent avec un accent très similaire à celui des habitants de Yazd.

L’une des choses remarquables de Yazd est sa culture centrée sur la famille. Selon les statistiques officielles de l’Organisation nationale iranienne de l’état civil, Yazd est l’une des trois villes où le taux de divorce est le plus faible d’Iran.

Yazd Iran Lettres Persanes
Yazd, Iran. ©Maguelone Urvoy / Lettres Persanes

Yazd est un centre important de l’architecture persane. En raison de son climat, elle possède l’un des plus grands réseaux de qanats au monde, et les fabricants de qanats de Yazd sont considérés comme les plus compétents en Iran.

Pour faire face aux étés extrêmement chauds, de nombreux vieux bâtiments de Yazd sont dotés de magnifiques tours à vent et de grandes zones souterraines.La ville abrite également des yakhchals, qui servaient à stocker la glace provenant des glaciers des montagnes avoisinantes. Yazd est également l’une des plus grandes villes construites presque entièrement en adobe.

Yazd, Iran. ©Maguelone Urvoy / Lettres Persanes

Construite au XIIe siècle et toujours en activité, la mosquée Jame de Yazd est un exemple des plus belles mosaïques persanes et d’une excellente architecture. Ses minarets sont les plus hauts du pays.

La ville de Yazd a été conçue dès le début pour faire face à la chaleur extrême du désert. Un modèle qui a s’est montré efficace durant plusieurs siècles mais qui fait face aujourd’hui à de nombreux défis en lien avec le réchauffement climatique et la crise de l’eau en Iran. Aujourd’hui, il est à nous de protéger ce que nos ancêtres nous ont généreusement offert.