La mosquée Nasir ol-Molk, également connue sous le nom de la mosquée rose, est une mosquée traditionnelle à Chiraz, en Iran. Elle est située près de la mosquée Chah Cherâgh.

La mosquée comprend une grande quantité de verre coloré dans sa façade, et présente d’autres éléments traditionnels tels que le motif Panj Kāse (“cinq pièces”). Dans la culture populaire, elle est appelée “Mosquée rose”, en raison de l’utilisation d’un nombre considérable de carreaux de couleur rose pour sa décoration intérieure.

Photo : Wikipedia

La mosquée a été construite durant la dynastie Qajar, et elle est toujours en activité sous la protection de la Fondation de dotation de Nasir ol-Molk. La construction a débuté en 1876 sur ordre de Hassan Ali Nasir ol-Molk, l’un des seigneurs et aristocrates de Chiraz, fils de Mirza Ali Akbar Qavam-ol-Molk, le souverain de Fars, et a été achevée en 1888.

Les concepteurs sont Mohammad Hasan-e-Memār, un architecte iranien qui avait également construit le célèbre jardin d’Eram avant la mosquée Nasir ol-Molk, Mohammad Hosseini Chirazi, et Mohammad Reza Kashi-Saz-e-Chirazi.

Photo : Wikipedia

Avec la montée de la dynastie des Qajar, la culture européenne devient de plus en plus répandue en Iran. De nombreuses écoles primaires et secondaires ont été construites par la Grande-Bretagne, les États-Unis et la France dans tout l’Iran pour promouvoir les idées et la culture européennes. Naser el-Din Chah Qajar, qui a gouverné la Perse de 1848 à 1896, a été fortement influencé par la culture européenne. Il a construit le collège Dar ul-Funun à Téhéran, qui a été fondé en 1852 pour enseigner les langues européennes et des matières techniques, notamment la photographie et la lithographie.

Photo : Wikipedia

Avec cette vague de missionnaires européens et américains, l’Iran a commencé à s’appuyer fortement sur les produits européens, dont les céramiques colorées utilisées dans l’architecture iranienne. Bien que la Perse ait été connue pour sa production de carreaux émaillés aux formes géométriques et leur utilisation dans les mosquées et les sanctuaires, surtout dans l’architecture d’Ispahan, la production de carreaux a connu un déclin marqué en Iran au XVIIIe siècle.

La période Qajar a été marquée par la reprise de la production de carrelage, parallèlement à l’importation de carreaux aux motifs floraux et aux couleurs vives en provenance d’usines de Grande-Bretagne, de France et d’Allemagne. Les carreaux importés d’Europe se caractérisaient par des représentations de paysages, d’architecture européenne ou de belles femmes et étaient largement utilisés dans les intérieurs des maisons et des palais de la période Qajar.

Photo : Wikipedia

La mosquée Nasir ol-Molk a été construite au plus fort de l’occidentalisation de l’Iran. Nous voyons de nombreuses représentations de l’architecture occidentale sur les carreaux de faïence exposés sur les murs intérieurs de la mosquée, ainsi que des dessins aux couleurs étrangement vives qui définissent la mosquée de manière unique par rapport à l’architecture perse originale vue aux 13e et 14e siècles.

Photo : Wikipedia

Bien que la structure de l’iwan de la mosquée soit très similaire à celle des iwans originaux que l’on trouve dans de nombreuses mosquées persanes, comme la mosquée Shah (Ispahan), dans la mosquée Nasir ol-Molk, l’iwan est conçu avec des motifs floraux de couleur vive plutôt qu’avec des formes géométriques de couleur turquoise. Les motifs floraux et les représentations architecturales occidentales sur les murs de la mosquée constituent une caractéristique importante et indéniable de la mosquée qui montre l’influence occidentale sur l’Iran islamique au XIXe siècle.